Site de la Communaute de Communes des Portes d'Auvergne
virgule

Histoire

La loi du 6 février 1992 a créé les communautés de communes et le code général des collectivités territoriales (Art. L. 5214-1) en donne la définition suivante : « La communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale regroupant plusieurs communes d'un seul tenant et sans enclave. Elle a pour objet d'associer des communes au sein d'un espace de solidarité, en vue de l'élaboration d'un projet commun de développement et d'aménagement de l'espace. »

 

La communauté de communes des Portes d'Auvergne a été créée par arrêté préfectoral du 30 décembre 1994. Elle comprenait à l'origine 6 communes : Allègre, Bellevue-la-Montagne, Céaux d'Allègre, Lissac, Saint-Paulien et Vernassal.
Le 29 décembre de l'année suivante 3 nouvelles communes adhéraient : Blanzac, Borne et Saint-Geneys-près-Saint-Paulien.
Le 15 mars 1996, la commune d'Allègre se retirait de l'établissement public tandis que la commune de Fix-Saint-Geneys le rejoignait le 2 juillet.
Enfin, le 29 novembre 2001 avait lieu l'adhésion des communes d'Allègre, La Chapelle-Bertin, Monlet et Varennes-Saint-Honorat.

 

Depuis cette date, aucune modification géographique n'a eu lieu et, depuis l'origine, Denis Eymard en est resté le Président. Le territoire des Portes d'Auvergne est aujourd'hui formé des deux vieux cantons d'Allègre et de Saint-Paulien issus des lois révolutionnaires avec toutefois deux altérations : La Chapelle-Bertin qui appartenait au canton de Paulhaguet a rejoint celui d'Allègre en 1982, Lavoûte-sur-Loire et Saint-Vincent qui appartiennent toujours administrativement au canton de Saint-Paulien se sont désolidarisées du plateau dès qu'il a été possible aux habitants de ces communes de circuler le long de la vallée de la Loire après Peyredeyre.

 

Sous l'Ancien Régime, toutes les paroisses composant aujourd'hui les Portes d'Auvergne faisaient partie du diocèse du Puy, toutes sauf une partie de l'une d'entre elles qui appartenait au diocèse de Saint-Flour, la paroisse de Saint-Julien-de-Fix qui comprenait, outre Fix-bas, les villages de Villeneuve, Aubaron, La Bastide et Veyrac.
Le diocèse du Puy s'était établi à la fin de l'antiquité sur le territoire et les limites de l'ancienne cité gallo-romaine des Vellaves dont la capitale fut un temps la ville de Ruessium.

 

Mais en 1321, faisant suite à de nombreux différends entre l'évêque-comte du Velay et le vicomte de Polignac, se retrouvent dans le duché d'Auvergne : Allègre, Céaux, Saint-Geneys, Bellevue (alors Saint-Just), La Chapelle-Bertin, Fix, Monlet, Varennes, Saint-Paulien tandis que demeurent dans le bailliage du Velay : Lissac, Vernassal, Borne et Blanzac (qui fait alors partie de la paroisse Saint-Georges de Saint-Paulien).
Lors de l'érection de la vicomté de Polignac en duché en novembre 1783, Saint-Paulien sera distraite de l'Auvergne pour rejoindre les Etats du Velay et la province du Languedoc.

 

Le nom Portes d'Auvergne que porte notre communauté de communes n'est donc pas usurpé pas plus que ne l'aurait été celui de Portes du Velay pour désigner un territoire dont les composantes ont connu sous l'Ancien Régime une histoire un peu tourmentée entre Auvergne et Velay.




bas

Au 1er Janvier 2017 la Communauté de Communes fusionne avec la
Communauté d'Agglomération du Puy-en-Velay

Actuellement le site de la CC reste accessible, mais à terme il sera intégré au site de la nouvelle
Communauté d'Agglomération du Puy-en-Velay.